Rechercher

Qu’en est-il des bornes de recharges ?

Le manque de bornes de recharges peut-il être un frein lors de l’achat d’une voiture électrique ? Où en est le marché des bornes de recharges électriques ? Sa courbe suit-elle celle de la vente des voitures hybrides et électriques ? Quel est le rôle de l’Union Européenne dans cette mise en place ?


Une pléthore d’intervenants

EDF, Engie, Total, Shell, Bouygues, Vinci, Spie, Schneider Electric, Ionity, Tesla, Freshmile, Fastned, Electra... Ces entreprises, venues du monde de l'énergie, du pétrole, de la construction ou de l'automobile, ont un point commun: toutes se sont lancées sur le marché des bornes de recharge électriques. Ainsi, le cabinet de conseil Ernest and Young, décompte plus d’une vingtaine d’acteurs sur le seul marché français.

De plus, comme tout marché naissant, celui des bornes de recharge comprend un grand nombre de clients, de constructeurs, de fournisseurs et de partenaires qui utilisent une grande variété de formats de prises, de systèmes d’alimentation électrique, de logiciels, de systèmes de paiement…

En effet, l’autonomie ainsi que le manque de bornes de recharges peuvent être un frein à l’achat d’une voiture électrique. Les trois dernières années, la vente de voitures hybrides et électriques a augmenté de 110% au sein de l’Union Européenne grâce au contexte réglementaire qui leur est favorable ; en revanche le nombre de bornes installées n’a augmenté que de 58%.


Il faut noter que, tous lieux confondus (dans les lieux accessibles au public, en entreprises et chez les particuliers avec la « Wallbox »), la France comptabilisait 710.000 bornes en juillet dernier.


Des enjeux colossaux :

Tout d’abord il faut différencier :

- L’aménageur : C’est le maitre d’ouvrage d’une infrastructure de recharge jusqu’à sa mise en service.

- Le CPO : Charger Point Officer (Fournisseur de service de mobilité) il assure le déploiement et la livraison des bornes de recharge, l'installation et la maintenance, la distribution de l'énergie et propose des services de dépannage et d'assistance aux utilisateurs. Ils sont en général propriétaires des réseaux de bornes. Par exemple, New Motion, Allego ou Ionity sont des CPO.

- Le MSP : Mobility Service Provider (Opérateur de Bornes de recharge) ils vendent des produits et services de mobilité qui peuvent être un abonnement de recharge, un badge de recharge et/ou une application mobile. Le paiement lors d’une session de recharge se fait par l'intermédiaire de cet acteur comme par exemple ChargeMap ou Plugsurfing.



Mais cette mise en place des bornes électriques amène un ensemble de problématiques entre les acteurs eux-mêmes.

Par exemple, l’affaire « Corri-door » début 2020 a défrayé la chronique. L’entreprise EVBox un des principaux fournisseurs de solutions de recharges connectées (matériel, logiciel, service) pour véhicules électriques présents en France avait mis en place ce projet. En février 2020, son actionnaire Izivia (EDF) a décidé à la surprise générale de fermer plus de 80% des bornes à la suite de deux incidents. Puis, au printemps 2021, c’est Vinci autoroutes avec aux manettes l’acteur EasyCharge en back up qui a repris une partie du réseau « Corri-door ». Ils ont installé des superchargeurs, amélioré le système de paiement et ont procédé à une refonte complète de la signalétique. Il faut noter que Vinci aujourd’hui a équipé plus de 25 % des aires de services avec ses bornes.


De plus, le ministère promet que d’ici fin 2022, toutes les aires du réseau autoroutier concédé seront équipées de stations de recharges pour véhicules. Dans un communiqué, le ministère a expliqué également que depuis janvier 2021, le nombre de bornes de très haute puissance (plus de 150 kW) a été doublé.