Rechercher

Pourquoi la micro-mobilité a le vent en poupe ?



Pourquoi la location des véhicules de la micro-mobilité est en pleine expansion ? Qu'est ce qui attire autant les utilisateurs ? Pourquoi ce phénomène est-il en augmentation ces dernières années ? Ce boom a t-il seulement lieu dans les grandes villes ?


Le système de location dans la micro-mobilité

Pour rappel, la micro-mobilité englobe les vélos, les trottinettes, les gyropodes, les gyroroues...

Ces dernières années, la micro-mobilité est en pleine expansion, cela est dû en grande partie à la crise sanitaire du Covid-19. Les moyens de déplacements se sont modifiés. Des routes ont été également aménagées durant les confinements (ex: les coronapistes à Paris).

Il existe plusieurs types de location dans la micro-mobilité. Tout d'abord, la location en "free floating". Le véhicule est réservable via une application mobile et la prise en main se fait dans la rue avec le véhicule le plus proche géographiquement (ex: Lime, Tiers, Jump...). Avec la location courte durée le véhicule doit être pris et ramené à un lieu précis comme une borne (ex: Vélib). Enfin, avec la location traditionnelle ou LLD (Location Longue Durée) le véhicule loué est régit par un contrat de location signé par les deux parties avec un prélèvement mensuel. Ces locations peuvent être proposées par des acteurs privés comme Swapfiest, Leases, Unripe... ou des collectivités locales comme Veligo en Ile-de-France, Bicloo à Nantes, La maison du vélo à Rennes...




Un système en pleine expansion

Depuis quelques années, une prise de conscience écologique voit le jour et se retrouve désormais au centre des enjeux sociétaux. En effet, l'écologie est devenue un enjeu majeur pour toutes les tendances politiques. Les entreprises ont également pris le pli et encouragent la mobilité durable en se tournant, pour le dernier kilomètre, vers des véhicules plus petits comme les trottinettes électriques ou les vélos. Cela permet d'atteindre la destination finale, en partant des parkings ou en traversant les zones à trafic limité des grandes villes, sans impacter le trafic urbain et dans le respect de l’environnement. Ces véhicules de la micro-mobilité électrique sont parfaits pour les trajets domicile-bureau et les déplacements quotidiens. Certaines entreprises financent jusqu'à 50% des coûts de ces véhicules pour leurs employés. Les collectivités aident parfois, par exemple la Région Ile -de-France proposent son vélo électrique "Véligo" à partir de 40€/mois.


Les avantages de la location dans la micro-mobilité

Le système de location n'engage pas (ou peu) l'utilisateur. Cela lui laisse le choix de louer le véhicule en fonction de ses besoins et même de ses envies.

La location de ces véhicules a plusieurs avantages. Outre le prix (un vélo électrique coûtait en moyenne 1655 € en 2021), il y a la peur du vol qui est très courant sur ce type de véhicule. C'est sans doute pour cela que les offres en LLD avec une option d'achat à la fin ont vu le jour. Quant au vol, une assurance est souvent proposée pour quelques euros par mois.

De plus, l'univers de la micro-mobilité évolue très rapidement. Le LLD s'adresse à ceux qui veulent pouvoir bénéficier en permanence d'un vélo dernier cri et bien entretenu. De plus, le client peut changer de vélo au bout de quelques mois s'il le souhaite. William Brana spécialiste de la LLD chez Groupe Cyclelab (enseignes Culture Vélo, Vélo Station et BoutiCycle) affirme : « le client n'a pas à se préoccuper de la revente de l'ancien modèle. Il paye l'usage et non l'objet ».

De plus, la location permet à l’utilisateur de prendre la décision d’acheter par la suite un véhicule de la micro-mobilité en en connaissant mieux les avantages et les inconvénients. Cela lui laissera le loisir d’évaluer le gain de temps, le gain économique et les bénéfices santé et bien-être liés à son utilisation.

Pendant son expérience en LLD, l’utilisateur n’a pas à se soucier de la maintenance de son véhicule et des risques liés au vol. Une révision est effectuée au bout de trois mois. Avec un abonnement souvent moins cher qu’un abonnement aux transports en commun, l’utilisateur fait des économies et teste sereinement ce nouveau mode de déplacement, avec un véhicule toujours neuf ou quasiment neuf.

Chaque dispositif se différencie avec des services supplémentaires pour apporter de la sécurité et du confort aux utilisateurs dans leurs trajets.

Le prix, la maintenance, le matériel neuf, les assurances contre le vol et la période de test sont donc des arguments très forts qui séduisent les citadins à la recherche de solutions pour se déplacer rapidement dans les villes sur des courts trajets.



Les limites de ces systèmes

Tout d'abord, il y a un problème de distorsion de concurrence de la part des collectivités locales au niveau du prix en incitant les citoyens à utiliser des véhicules de la micro-mobilité en proposant des véhicules en LLD avec des coûts très réduits. Il y a une concurrence pas toujours loyale pour les acteurs privés.

La seconde limite est au niveau de l'utilisateur lui-même, la location ne lui permet pas de posséder son propre véhicule de la micro-mobilité, ce qui amène parfois l'utilisateur à changer ses habitudes. En effet, celui-ci peut ne pas utiliser sa trottinette ou son vélo pendant un certain temps et être amené à prendre sa voiture dès qu'il fait froid et à délaisser définitivement les véhicules de la micro-mobilité pourtant plus écologiques.


Les derniers évènements ont permis aux véhicules de la micro-mobilité de trouver leur place dans les déplacements quotidiens. Les différentes formes de location permettent de favoriser ce type de déplacement plus écologique.