Rechercher

Le V2G, la nouvelle source d‘énergie collaborative


Qu’est-ce que la voiture électrique peut apporter au réseau énergétique ? Des économies d’énergies sont-elles possibles ? Est-ce que la voiture électrique peut devenir un pilier du réseau énergétique ? Comment utiliser le V2G (Véhicule To Grid) dans les ménages ? Quels sont ses avantages ?



Le smart grid en anglais ou réseau électrique intelligent en français est une approche nouvelle de la production et de la consommation électrique.

Le V2G (Véhicule To Grid) est une utilisation de l’énergie de façon bidirectionnelle.


D’après la CRE (Commission de Régulation de l’Énergie), ces deux types d’outils énergétiques sont des « réseaux électriques publics auxquels sont ajoutées des fonctionnalités issues des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) » et dont « le but est d’assurer l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité à tout instant pour fournir un approvisionnement sûr, durable et compétitif aux consommateurs ».


Le « V2G » : Véhicule To Grid ?

Aujourd’hui le grand défi pour les fournisseurs d’énergies est de garantir la stabilité du réseau et la capacité à répondre de façon instantanée à la demande des consommateurs.

La batterie de la voiture électrique peut stocker de l’énergie et devenir une sorte de « réservoir » dans lequel le fournisseur d’électricité peut puiser ponctuellement. Le réseau achemine de l’électricité vers la batterie du véhicule et il la considère également comme une source d’alimentation ; c’est ce qui s’appelle la recharge bidirectionnelle.



Les avantages du V2G

Un des avantages du V2G est de permettre à l’utilisateur de stocker de l’électricité au moment où les tarifs sont les plus bas, puis de l’utiliser quand les prix sont élevés. Le soir, il va pouvoir utiliser l’énergie stockée dans la batterie de sa voiture électrique pour alimenter des appareils de sa maison puis il rechargera cette même batterie plus tard dans la nuit, au moment où son fournisseur d’électricité lui offre les tarifs les plus avantageux.

De la même façon, la flexibilité du V2G va permettre de recharger les batteries pendant les phases de production d’énergies renouvelables, pour ensuite mettre l’électricité à disposition sur le réseau EDF quand l’approvisionnement offert par le solaire ou l’éolien est interrompu.

A l’échelle du réseau, la capacité de stockage distribuée rendue disponible au travers du V2G sert aux opérateurs à répondre plus efficacement aux variations de la demande. Dans ce modèle, les opérateurs rémunèrent leurs clients pour la mise à disposition de leurs batteries : le V2G permet donc au consommateur de réduire ses dépenses énergétiques.

La « fast recharge » pose problème : durant une heure ce type de recharge équivaut à une puissance de 20 lave-linges. Afin de limiter ces fast recharges, le V2G permet aux batteries électriques de se recharger lors des creux de consommation en recourant aux sources d’énergies intermittentes non utilisées. A contrario, elles pourront réinjecter l’énergie dans le réseau lors des pics de demande en électricité, ce qui permettrait de limiter le recours aux centrales thermiques (gaz ou charbon).




Le développement d’un marché secondaire

Nous pouvons nous attendre à un développement d’un marché secondaire de batteries de voitures ; en effet celles-ci perdent peu à peu de leur capacité. Au bout de quelques années, cette capacité n’est plus suffisante pour assurer assez d’autonomie à une voiture mais les performances de la batterie sont encore bien suffisantes pour alimenter l’installation électrique d’un bâtiment.


D’ailleurs lors de la COP21, Nissan a annoncé comme objectif de vouloir anticiper la seconde vie des batteries de ses voitures Leaf et de développer les applications V2G permettant au véhicule d’injecter son énergie dans le réseau électrique. Pour cela, il a choisi comme partenaire Eaton, le spécialiste en gestion de l’énergie. Pour les deux partenaires, il s’agit de réutiliser les batteries des véhicules électriques de Nissan qui conservent encore 70 % de capacité énergétique. Plus concrètement, ce partenariat permettra un système de stockage autonome associant les batteries de la voiture Leaf avec des panneaux solaires.

Ce système de stockage intelligent permettra de faire face aux pics de consommation et de limiter le recours à une production électrique fortement carbonée. Nous pouvons imaginer, que dans les pays où les réseaux électriques sont les moins développés, notamment dans certaines régions d’Afrique, le système de Nissan et d’Eaton visera à remplacer les générateurs diesel particulièrement polluants et peu économiques.


D’après Ernesto Ciorra, responsable de l’innovation chez Enel (fournisseur d’énergie italien): « Le V2G est une pièce du puzzle et s’ajoute à un panel de technologies ».



Le V2G est un outil incontournable dans la mobilité verte de demain. En proposant ce système d’énergie bidirectionnel, le véhicule électrique dépasserait son utilisation première afin de venir pallier un besoin qui va grandir au fil des années : le stockage d’énergie verte.